L'actualité de bourse en direct

Banque et Assurance : les changements prévus en 2015

De nombreux changements sont prévus en 2015 dans les secteurs de la banque, de l’assurance, du crédit et de l’épargne. Voici un tour d’horizon des événements majeurs prévus cette année.

Les taux de crédit immobilier toujours très bas

Les taux de crédit immobilier poursuivent leur chute record depuis des mois. Selon une étude de l’Observatoire Crédit Logement / CSA, ils s’élevaient à 2,38% en moyenne au mois de novembre 2014. Dans les mois à venir, il est probable que les taux continuent de baisser.

Le contexte est donc favorable pour les ménages désirant renégocier leur crédit mais aussi pour ceux aspirant à investir dans l’immobilier étant donné que les crédits sont de moins en moins onéreux.

Les taux d’épargne toujours en baisse

Depuis le 1er août 2014, date à laquelle le taux du livret A a été ramené à 1%, le rendement des autres livrets d’épargne a chuté. Ces placements étant pour la première fois aussi peu performants, ils ont connu une désertion de la part des français qui se sont tourné vers d’autres produits d’épargne. C’est notamment l’assurance-vie qui profite de cette défection en raison de sa rémunération bien plus intéressante.

Toutefois, s’il est peu probable que le taux du livret A remonte en 2015, la rémunération des assurances-vie devrait elle aussi baisser. En effet, les taux des fonds en euros, qui s’élèvent en moyenne à 2,80% devraient connaître une chute de 0,20 à 0,40%.

Vers une précision du dispositif de l’assurance-emprunteur

Au mois de janvier, une grande rencontre entre les professionnels de l’assurance et de la banque, les associations de consommateurs et les courtiers est prévue afin de clarifier le projet relatif à l’assurance-emprunteur. Depuis l’été 2014, les assurés ont la possibilité de changer de contrat d’assurance de crédit immobilier dans l’année suivant la souscription de leur prêt, si le nouveau contrat présente des garanties similaires à leur contrat initial. Les critères de comparaison entre les deux contrats n’étant pas des plus explicites, ils devraient ainsi faire l’objet d’une clarification pour permettre aux consommateurs de tirer pleinement profit de ce dispositif impulsé par les lois Lagarde et Hamon.

Une simplification du processus de changement de banque

Actuellement, seulement 4% des français décident de procéder à un changement de banque. Ce très faible pourcentage s’explique par le caractère compliqué de la démarche, notamment en raison des nombreuses formalités administratives qu’elle implique.

Bonne nouvelle : d’ici mars 2015, un projet visant à faciliter la mise en concurrence entre les établissements bancaires devrait voir le jour dans le but de favoriser la mobilité des clients désirant changer de banque.



Mis en ligne le 12/01/2015 à 10h53