L'actualité de bourse en direct

Opérations bancaires en ligne : un battement de cœur en guise de mot de passe

Les enjeux qu’apportent les opérations bancaires électroniques amènent les banques à rechercher de nouvelles solutions toujours plus sécurisées et performantes. La Banque Postale teste ainsi une solution d’authentification par la reconnaissance vocale (le Talk to Pay), tandis que La Barclay développe un lecteur d’empreinte veineuse relié à un ordinateur ainsi qu’un bracelet connecté : le bPay. Il s’agit d’un bracelet muni d’une carte permettant à ses utilisateurs de réaliser des paiements sans contact uniquement pour les montants de moins de 27 euros.

La banque britannique Halifax, filiale de Lloyds Banking Group, a quant à elle annoncé qu’elle expérimentait un nouveau système d’identification numérique via les battements cardiaques. La technologie utilisée est celle développée par la société canadienne Bionym, qui se base sur un capteur électrocardiogramme (ECG).

Concrètement, le rythme cardiaque de la personne est relié à son Smartphone à travers un bracelet connecté appelé Nymi. Le Smartphone, après avoir reconnu le battement de cœur, autorise alors l’accès aux différentes transactions bancaires via une application mobile sans avoir à renseigner de mot de passe : accès aux comptes bancaires, achats en ligne… Selon Halifax, ce système serait beaucoup plus sécurisé que celui de la reconnaissance faciale, des empreintes digitales ou du scan de l’iris. En effet, les battements du cœur sont un « signal vivant », une caractéristique qui permettrait ainsi de fortement limiter les falsifications.

Afin de pouvoir synchroniser le Smartphone et le bracelet, la personne doit au préalable faire enregistrer son rythme cardiaque auprès de l’établissement bancaire. Cette opération, qui s’effectue une unique fois, permet ensuite d’utiliser le bracelet de manière autonome. Toutefois, il est nécessaire que le bracelet et le Smartphone soient connectés en Bluetooth pour que la solution fonctionne. Si les deux appareils voient leur connexion coupée, l’opération devra donc être réitérée.

Si ce système de reconnaissance par battement de cœur promet d’être sécurisé, il nécessite de la part de l’utilisateur de porter le bracelet en permanence. Toutefois, il est fort probable que la Smartwatch remplace le bracelet connecté à l’avenir, ce qui s’avérerait plus pratique pour son porteur.



Mis en ligne le 23/03/2015 à 11h29