L'actualité de bourse en direct

Le système de cliquet belge sur l'essence se retourne contre sa population

La remontée du pétrole semble entamée après avoir chuté à presque 25$ le baril, un prix qui ne permettait pas aux producteurs de pouvoir rentrer dans leurs frais et faisant vaciller l'économie de nombreux pays. Voilà l'information de ce début de semaine sur les marchés financiers.

Pour prendre une peu de recul par rapport à cette chute, nous avons essayé de trouver à qui profitait réellement cette baisse et avons analysé le système belge qui consiste lorsque le prix du pétrole monte de mettre des cliquets au niveau de la fiscalité, des cliquets qui sont également actifs lorsque le prix du baril chute.

Avec la baisse des prix, le marché pétrolier belge a connu de grosse chute du prix à la pompe mais pas d'autant que la chute le laissait présager, l'explication étant toute simple, l'état belge s'approprie une partie de cette chute en augmentant systématiquement les taxes qu'ils prennent sur le prix du pétrole. Cette taxe a permi actuellement à l'état belge de remplir leurs caisses en taxant de manière exponentielle le litre d'essence et de gazoil, en d'autres termes le prix du pétrole pouvait continuer à baisser, il aurait été sensiblement au même prix dans les pompes à essence.

On est donc en droit de se demander si les Etats appliquant ce système ne seraient pas occupés à trader la valeur du pétrole afin de gagner un maximum de taxe sur le dos de sa population, en effet en vendant à découvert via un système d'option, ils se garantissent un prix bas et des revenus maximum. De quoi renflouer les caisses ni vu ni connu.

Bien entendu cela reste une supposition mais on est en droit de se demander si l'effet bénéfique que cette mesure a eu durant quelques mois il y a quelques années n'est pas occupée à se retourner contre la population qui ne se souvient plus de la liesse populaire qu'avait sucité cette mesure.



Mis en ligne le 28/01/2016 à 06h29