L'actualité de bourse en direct

Engie revend es centrales thermiques aux USA

Engie, ex GDF Suez souhaiterait racheter les parts de Suez Environnement qu'ils ne possèdent pas encore, du moins c'est ce que la rumeur prétend actuellement sur les places financières après l'annonce de Engie de vouloir revendre ses centrales thermiques américaine pour un montant de 3 à 6 milliards d'euro. Une vente qui peut paraitre surprenante lorsque l'on sait que Engie attache beaucoup d'importance à sa production d'énergie renouvellable.

Cela l'est un peu moins lorsque l'on regarde la valorisation de Suez Environnement actuellement. En effet, il faudrait 6,4 milliards d'euros à Engie pour racheter les parts qu'elle ne possède pas encore, la revente de ces centrales thermiques pour le fournisseur d'électricité français pourrait donc être la bonne affaire afin de consolider ses résultats dans les prochains mois grâce aux bons résultats de Suez Environnement qui profite encore de plusieurs positions de monopoles en Europe.

La cotation de Engie est actuellement très suivie par les investisseurs tout comme les actions de toutes les sociétés actives dans l'énergie, les trader attendent actuellement la fin de la COP 21 pour pouvoir tirer des conclusions économiques des différents accords qui y seront pris afin d'envisager le relèvement des prévisions sur plusieurs sociétés côtées en bourse actuellement.

Engie reste donc une excellente opportunité pour les personnes souhaitant investir dans du long terme alors qu'ils sont tout aussi intéressant sur du très court terme grâce aux options binaires qui pourraient être une bonne méthode que pour pouvoir profiter des hausses prévues dans les prochaines semaines. On vous conseillera de rester néanmoins prudent sur vos actions en bourse actuellement, la fin d'année est souvent une période assez creuse où les gros volumes ont tendance à disparaitre, permettrant le positionnement tranquille de plusieurs fonds sur des actions dites de bon père de famille, certains mouvement sont donc à prévoir mais sans réels impacts pour l'économie réelle.



Mis en ligne le 16/02/2016 à 04h43