L'actualité de bourse en direct

Le Brexit fait trembler les marchés financiers !

Jusqu'au 24 juin on n'a pas fini d'entendre parler du Brexit et trader en ligne reste difficile sans l'aide d'un broker comme eToro. Cette éventuelle sortie de la Grande Bretagne de l'Union Européenne fait grand peur aux investisseurs du monde entier. Les marchés ont horreur par nature d'être dans l'incertitude, hors apparemment rien n'est joué entre les deux factions opposées. Même si il semblerait qu'une bonne moitié du peuple anglais soit favorable au Brexit il n'est pas sûr qu'ils remportent le référendum. Les investisseurs sur les marchés mondiaux sont eux totalement défavorables à cette sortie de l'Union. Elle mettrait la Grande-Bretagne au ban de l'Europe car les frontières lui seraient à nouveau fermées et ses transactions financières seraient lourdement taxées.

Un enjeu socio-économique

Certes les marchés du monde entier s'alarment d'un éventuel Brexit. Mais les conséquences n'en seraient de toute façon pas immédiatement perceptibles. En effet dans le cas où le oui l'emporte il est prévu une période transitoire de deux ans avant que la sortie soit effective. C'est plutôt à long terme que les conséquences du Brexit seront négatives pour l'économie anglaise. Le pays n'est pas un grand exportateur, ses activités financières génèrent bien plus de revenus. Cependant après une sortie de l'Union les exportations de biens et de services, très dépendants des achats européens, se réduiront comme peau de chagrin. Les transactions financières seront lourdement taxées alors que l'Europe est la deuxième puissance financière mondiale. Enfin le marché de l'emploi, déjà très en crise malgré qu'on le dissimule derrière des emplois à bas prix, serait en crise durable.

Des chiffres alarmants avec un Brexit

Toujours est-il que les marchés financiers de la planète entière sont pendus aux résultats de ce 23 juin. Il semblerait que les opposants à la sortie de l'Union reprennent des points notamment depuis le meurtre de la parlementaire Jo Cox. Les motifs nationalistes, populistes et nauséabonds des partisans du oui sont de plus en plus pointés du doigt. Les opérateurs investissent dans des valeurs refuges, vendent leur dette pour les porter sur les places allemandes. La FED augmente de 25 points ses taux directeurs et le Japon met fin à sa politique de taux négatifs. Qui vivra verra et la bourse en ligne donnera finalement le tempo pour la suite !



Mis en ligne le 24/06/2016 à 03h34